Tous en tenue !

Partagez

A deux mois de l’ouverture des Jeux, le hall de la maison des sports, porte de Gentilly, a pris des allures d’un grand magasin de sports avec l’arrivée des premières expéditions de tenues olympiques au CNOSF.
Deux camions, des dizaines de cartons, des bras solides et en une matinée, celle du vendredi 25 mai, si loin et si près à la fois de Londres, il règne comme un parfum discret de Jeux.


Depuis des semaines, et bien avant que soit connu début juillet le nombre définitif d’accrédités pour les JO, la délégation du sport de haut niveau a lancé la constitution du stock d’équipements sportifs. Athlètes, cadres techniques et officiels ont tour à tour satisfait aux séances d’essayage pour les tenues réalisées par Adidas (cérémonie, podiums, vie au village). Un travail minutieux et discret pour récolter toutes les données. Pointure, tour de taille, hauteur, longueur des manches, etc.

Lors de la manifestation du J-100, le 18 avril, un atelier d’essayage a vu défiler du beau monde tout au long de l’après-midi. « On s’y prend longtemps à l’avance et on sait qu’il faut toujours faire des retouches, jusqu’au dernier moment,» explique-t-on à la délégation.

En voyant s’empiler les cartons emplis de paires de chaussettes, sweets, tee-shirts, robes, vestes, chaussures, etc. Un travail de bénédictin attend les équipes en charge de la dotation pour chaque accrédité. Même si tout sera donné juste avant le départ, à la délégation du sport de haut niveau, on estime que «90% de la délégation partira directement avec son paquetage pour Londres.» Pas question d’ajouter l’envoi des tenues à Londres à un fret matériel déjà très conséquent pour la délégation française. Du coup, dans les semaines à venir, il va falloir répartir dans chaque sac le matériel correspondant.

Autant d’anticipation devrait éviter les soucis qu’a rencontré la délégation française lors des Jeux précédents à Londres en 1948.
C’est en effet à la veille de la cérémonie d’ouverture seulement que les caisses d’équipements étaient enfin parvenues à destination au centre principal d’hébergement des Français à Uxbridge, à l’ouest de la capitale anglaise. Comme pour d’autres délégations, ainsi que le souligne le rapport du CNOSF à l’époque, le fret parti de Paris en train s’étaient égarés au gré de la destination des wagons.
«Les caisses devaient être acheminées à Uxbridge le 25 juillet, écrit le rapporteur. Nous avions en effet calculé que les premiers éléments de la délégation , ceux d’athlétisme, de natation et de lutte seraient ainsi habillés le 26 juillet dès leur arrivée. Le wagon est arrivé le 28 juillet. Nous passons sur les démarches téléphoniques multiples faites au bureau du Consul de France pour retrouver dans les 200 wagons stoppés à Douvres, Calais, Folkestone et Dippe ceux qui nous appartenaient.»

Dans l’urgence, il a fallu assurer les dernières retouches pour se présenter à la cérémonie d’ouverture le lendemain. Compte tenu des délais de sélections, tous les athlètes n’avaient pu satisfaire à temps aux essayages. Il faut en quelques heures faire bonne tenue. Coudre, couper, tailler, tout est réalisé au plus vite. Au mieux. Il manque des paires de chaussures? Qu’importe. Une veste oubliée, des chemises froissées ou perdues? On pare au plus pressé.

La délégation française se présente quelques heures plus tard en rangs serrés et en tenues officielles, le béret sur la tête pour les hommes, dans le stade olympique derrière le rameur Jean Séphériades, le porte-drapeau de la cérémonie d’ouverture. Les Jeux peuvent commencer.


adidas France, partenaire officiel du Comité National Olympique et Sportif Français depuis 1976, a présenté les tenues de la délégation française aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012. Les athlètes tricolores et les supporters du sport français bénificieront d'une large gamme de produits. Découverte d'un univers olympique All Bleus !... vidéo...








Plus d'informations...

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz