Guénot : taillé pour les Jeux !

Médaille
Crédit photo : FF Lutte
Partagez

Le champion olympique des –66kg en 2008 défendait son titre aujourd'hui. Après quatre années de hauts et de bas, il s'était lancé le défi d'un nouveau podium. Objectif atteint, il termine médaillé de bronze !

Cette fois, il était seul. Ou presque. Steeve Guénot démarrait aujourd’hui son tournoi olympique à l’ExCel Arena. Très loin de Pékin, de ce 12 août 2008, jour de gloire ! La première médaille d’or de la délégation française en Chine.

Il a fallu retravailler la technique, les combats

Steeve était seul. Ou presque. Le Kirghiz Begaliev, son adversaire de la finale pékinoise, n’est plus là. Christophe, son frère, médaillé de bronze quelques instants après lui en 2008, en a déjà fini avec la compétition dimanche, éliminé en repêchages dans sa catégorie des 74kg.
Il lui fallait maintenant boucler sur le tapis l'histoire de ces quatre années marquées par un parcours en montagnes russes. Il est retombé sur ses pieds à temps pour gagner à Sofia, au printemps, son billet dans le tournoi de qualification olympique au printemps. L'essentiel.
« Beaucoup de choses se sont passées depuis Pékin, mais je n'ai peur de personne. Dans ce tableau, on est tous du même niveau. Il faut se méfier de tout le monde mais personne ne domine, » déclarai-t-il avant son entrée en compétition, comme pour se persuader et se convaincre qu'il était redevenu un candidat au podium olympique. « A Pékin, j'avais une spéciale. Tous mes adversaires l'ont étudiée et voilà... C'était difficile. Il a fallu retravailler la technique, les combats. » Redevenir un combattant redouté.

Avec cette étiquette de champion olympique qui lui collait à la combinaison, Steeve a souvent plié devant la concurrence. Dans la colonne recette, depuis l'été 2008 il ne peut que présenter une troisième place aux Championnats d'Europe à Bakou en 2010. Très peu.
L'après Pékin et les sollicitations ont également ébranlé quelques certitudes. Sponsors, contrats, et son passage de la RATP à la Police nationale ont peut-être dispersé ses forces. Il a su les rassembler à temps pour venir à Londres.

Je n'ai peur de personne

« J'étais persuadé qu'il allait faire un truc, » avouait Patrice Mourier, son entraîneur, qui a vu au quotidien Steeve consentir tous les sacrifices pour ce challenge. Et notamment le maintien au poids. Après les Jeux, il montera en 74kg. Mais, jusque là il a fallu se serrer la ceinture, souffrir. L'heure de vérité c'était pour maintenant. D'un coup, le souvenir des tribulations de ces quatre années s'est estompé. La compétition a repris ses droits. L'envie aussi. Il l'a souvent répété : « Je n'ai peur de personne. » Au final, son pari est réussi. Il obtient une magnifique médaille de bronze. Splendide récompense pour tous les efforts fournis.

Steeve Guénot - Médaille de bronze en lutte gréco-romaine (74 kg) :

« Je ressens une immense fierté. Évidemment on va aux Jeux pour décrocher l'or, mais j'étais pas loin. Pendant 4 ans, j'ai pensé à l'or, là c'est le bronze. Je me sens bien, soulagé. J'ai eu des hauts et des bas. J'ai souvent été blessé. Cette médaille, je la mérite. Je sauve l'honneur de la gréco. Ça me fait plaisir pour tous les gens qui m'ont soutenu, ce qui sont venus, et pour tous mes copains qui se sont battus, Tarik, Mélo et mon frère. Tout le monde m'attendait car je me suis souvent classé en tournoi. J'ai travaillé des techniques différentes, comme l'arrachée de côté. Les règles de la lutte ont changé. Ça se joue plus debout désormais. J'ai travaillé dur avec Patrice pour mettre la machine en route et ça a payé aujourd'hui. En plus, ça y est, je monte de catégorie (son frère Christophe prend sa retraite sportive en 74 kg) et je vais pouvoir me faire plaisir. je me suis bien dépouillé ! »

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz