Baugé : « Je n’ai pas commis d’erreurs »

Médaille
Partagez

Quatre jours après la médaille d’argent en vitesse par équipe, Grégory Baugé a du à nouveau s’incliner en finale contre un Anglais, Jason Kenny.

Jusqu’ici, tout va bien. Voilà ce que pouvait se répéter le champion du monde de vitesse depuis les premiers tours de piste de la vitesse individuelle ce week-end. Et plus on avançait, plus l’inéluctable approchait : une nouvelle finale franco-britannique. Comme jeudi dernier par équipes. Le scénario idéal pour le public surchauffé du Vélodrome londonien : Jason Kenny contre Grégory Baugé. Ce qui se fait de mieux au niveau mondial. Veni, vidi, vici, le Britannique a réglé l’affaire en deux manches.

Franchement, il n’était pas plus fort que moi...

Quand il descend du podium olympique avec sa deuxième médaille d’argent, Grégory pose calmement ses mots pour expliquer… l’inexplicable. « Je n’ai pas commis d’erreurs dans les deux manches. Après il peut y avoir d’autres scénarios. Franchement, il n’était pas plus fort que moi. J’ai deux médailles d’argent. Je les comptabilise pas, il n’y a que la victoire qui compte. Ce sont des médailles entre parenthèses même si elles sont olympiques. » Silence.

Il n’y a que de la déception...

L’élève de Florian Rousseau n’a pas les réponses à ces deux finales perdues. « Ca fait quatre ans qu’on se prépare pour ça. Il va falloir débriefer. Tous les Anglais ont haussé leur niveau. Je rigolais sur le podium, c’est la même chanson (l’hymne britannique) que l’on entend depuis trois jours. Bien sur, il y a des paramètres à considérer dans cette compétition. Il y a plein de petites choses qui jouent. Même 1% de différence, ça compte. On est aux Jeux Olympiques. J’ai vu des choses, des détails. » Il les garde pour lui. Pour le débriefing. On lui parle de l’avenir, il tempère. « Il faut prendre le temps de digérer et on verra. Sincèrement c’est trop tôt pour trancher. Il n’y a que de la déception. » Il s’efforce de sourire. Les Jeux sont finis...

Et même si on peut évidemment comprendre sa tristesse, alors qu'il avait consacré quatre années à préparer son échéance olympique, Grégory Baugé rentrera en France avec deux superbes médailles d'argent accrochées à son cou. Espérons qu'il arrivera à savourer plus tard et à prendre la mesure de la performance qu'il vient de réaliser.

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz