Racinet-Réau : "La médaille de la reconstruction"

Interview
Partagez

Médaillée d’argent à Sydney, Delphine Reau-Racinet, a obtenu le bronze à la fosse olympique à Londres. Avec le même bonheur.

«J’ai l’impression que Sydney c’était hier.» L’Australie et sa médaille d’argent, déjà à la fosse olympique. A la fin du siècle dernier. Dans un large sourire, Delphine Reau-Racinet raccourcit le temps: « C’est pas si long. » A 39 ans, elle est remontée ce samedi sur le podium olympique avec un bronze qui vaut de l’or pour elle. « Je tiens la médaille de la persévérance. Celle de la reconstruction. Je la savoure après tout ce que j’ai connu. La médaille d’argent je l’ai donnée à mes parents. Celle ci est pour mon mari et ma meilleure amie. Ils m’ont tellement soutenue. »

Elle met un point final à une année « pourrie, une saison en enfer, » selon ses termes. « Pendant des mois je me suis dit: "T’as gagné le quota mais est-ce que tu mérites d’aller aux Jeux?" J’ai vraiment souffert jusqu’en juin et ces sélections françaises. Une fois passées, ça m’a libéré d’un coup

En une seule journée, elle a tout gommé. « J’ai attaqué par un 25 d’entrée. Ca m’a mise tout de suite en confiance. Je me suis dit que j’irai jusqu’au bout. C’était presque plus facile ici qu’aux sélections nationales. On était potentiellement presque toutes médaillables. » Entrée en finale à la quatrième place derrière l’Australienne Balogh, avec 72 points, elle a assuré au shoot-off le bronze avec un 21/25 pour devancer in extremis l’Italienne Perilli. Mission accomplie.

Maintenant, je vais profiter des Jeux, ici, à Londres.

« Et maintenant je vais profiter des Jeux, ici. On est venu s’entraîner à Londres du 17 au 21 juillet puis on est reparti en stage en Italie. J’ai encore passé quelques jours à la maison avant d’arriver au Village olympique le 1er août. Chez moi, devant ma télé, je me suis éclatée à regarder le début des Jeux. Il y avait de l’impatience à les rejoindre. Les deux prochains jours je commence par… le tir pour soutenir Stéphane (Clamens, à la fosse olympique). Je suis sûre qu’il va faire une médaille. Après ? Faut que je réfléchisse. Tant que ma compétition n’était pas passée, je ne pensais pas à la suite. »

Elle va mettre à profit cette semaine pour étancher sa soif olympique avant de partir en vacances. Pour mieux revenir ensuite au stand de tir ? « Avant les JO, j’avais envie d’arrêter après Londres. Ce n’est pas facile de mener de paire un travail de plus en plus prenant et les entraînements, la compétition. Dans le boulot, les gens ont été très compréhensifs. Mon poste de comptable chez Bouygues, dans le périmètre partenariat-privé-public. Mais comme compétitrice j’ai toujours envie d’y aller. »


  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz