Emilie Fer, l'alchimie en or

Médaille
Partagez

Inspirée par son ainé, Tony Estanguet, Emilie Fer a proprement volé sur l'eau pour décrocher, sur le stade de slalom de Lee Valley, la deuxième médaille d'or du canoé-kayak français à Londres.
Transformer le fer en or, un travail d'alchimiste qui nécessite de l'expérience, de la précision et une science très fine de la navigation. Emilie, septième aux Jeux Olympiques de Pékin, a su mettre à profit les quatre années écoulées pour perfectionner son art. Et, cette année à Londres, la titulaire du club de Saint-Paul La Colle, est parvenue à décrocher son premier titre international individuel... prenant d'entrée le plus beau, le titre olympique !

Au final, c'est une belle histoire franco-australienne qui a marqué la finale du K1 slalom. Fan de Nervo, un duo de DJs australiennes, Emilie partait en 7ème position avec en tête un seul temps : celui, époustouflant, réalisé par l'Australienne Jessica Fox... Agée de 18 ans, toute récente championne du monde, Jessica se trouve être la fille de Myriam Fox-Jérusalmi, la kayakiste française, médaillée de bronze à Atlanta, en 1996. Or, c'est justement cette performance vieille de 16 ans qui constitue le premier souvenir olympique d'Emilie, celui qui l'a amenée à s'investir dans son sport !

Partie en deuxième position, Jessica, entraînée par Myriam et déjà championne des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour en 2010, avait franchi la ligne d'arrivée avec un temps bien meilleur que ceux réalisés jusque là lors des qualifications. Chat échaudé craignant l’eau froide, les concurrentes suivantes se mettaient sans doute une pression supplémentaire, et multipliaient les petites fautes. Obligée d'attaquer pour rattraper le renard australien, Emilie s'élançait à son tour avec en tête la préoccupation d'assurer le passage des portes, histoire d'éviter la mésaventure intervenue plus tôt au duo Klauss/Peche, partis pour le titre olympique et qui, à deux portes de l'arrivée, ont pris deux points de pénalité fatals qui les avaient condamné à la 4ème place.

L'alchimie ayant opéré, le parcours d'Emilie fut sans faute et rapide. Volant sur l'eau, Emilie pouvait laisser éclater sa joie à la fin du parcours. Les concurrentes suivantes pourraient difficilement la rattraper... et ne le purent d'ailleurs. A l'arrivée, si Emilie avait tout de du mal à réaliser sa victoire, elle tenait son titre olympique, le premier pour une Française dans cette épreuve, la deuxième du canoé-kayak français à Londres. Bravo !

C'est super pour notre sport de faire un doublé (Emilie Fer)

Emilie Fer - médaillé d'or (Canoë-Kayak - K1) :
« Je n'avais pas calculé que je devenais la première Française de ma discipline à gagner l'or... C'est super pour notre sport de faire un doublé (avec Tony Estanguet) en or. On a une sacré équipe où tout le monde pouvait prétendre à une médaille. Je garderais en tête l'image du podium, avec tous ces gens présents pour m'encourager. J'aurais aimé être voir la réaction de mes proches, de mes parents... Maintenant, la fête peut commencer ! »

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz