Gévrise Emane, le bronze du golden score !

Médaille
Partagez

Sa journée a débuté dans la douleur, elle s’achève avec un petit bouquet de fleurs.

Gévrise Emane peut essuyer furtivement quelques larmes, elle est bien sur ce podium olympique dont elle rêvait. Une médaille de bronze autour du cou. Ouf ! « Elle me fait beaucoup de bien. Elle a le goût de l’effort, du courage. » Il lui aura fallu cinq combats dont quatre au golden score pour se faufiler jusque là. Et surtout remonter le tableau de repêchages et son moral après la défaite contre la Mongole Tsedevsuren en quart. « Je me suis effondrée dans les bras de ma sœur. Elle a eu les mots justes pour me relancer. Elle m’a dit que j’avais mon destin en mains. »

Double championne du monde, quadruple championne d’Europe, son destin était de ravir l’or olympique, elle se satisfait du bonheur de cette 3e place. « Peut-être que les Dieux de l’Olympe ne voulaient pas de moi aujourd’hui. Mais je n’ai pas de regrets. J’en aurais eu si je n’avais été au bout de moi-même. Je me suis redevenue à temps la Gévrise dynamique, combattante. Il y a eu deux parties distinctes dans ma journée. Le matin à l’échauffement, je me suis mise la pression toute seule, comme une petite fille. J’ai appelé Martine (Dupond, responsable des équipes féminines), elle m’a parlé, Christian (Chaumont), mon entraîneur de club, aussi. Mais je n’avais pas de rythme. Quand on est mollassonne dans ce genre de compétition, ça passe ou ça casse. C’est quand même passé un peu… C’était beaucoup mieux l’après-midi. Heureusement, parce que je pense que j’en serais voulu toute ma vie. J’ai été très bien entourée aujourd’hui, ça m’a sauvé. »

Une dernière victoire au drapeau face à la Coréenne Joung et tout s’achève par un sourire. «Dans ces conditions, peu importe la manière il faut gagner les matches et repartir avec la médaille. C’est fait !»


  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz