La triple couronne pour Tony !

Médaille
Partagez

Tony Estanguet, éliminé en demi-finale à Pékin lors de la quête de son troisième titre olympique de C1, après ceux décroché à Sydney en l’an 2000 puis à Athènes en 2004, réalise l’exploit à Londres ce mardi 31 juillet ! Ce titre, Tony a été le chercher en finale au terme d’un peu plus de 97 secondes d’efforts et de quatre ans de remise en question.

L'âme d"un Olympien blessé

Tony, porte-drapeau 2008

A Pékin, où Tony portait le drapeau de la délégation, Tony avait dû voir son éternel rival, le Slovaque Martikan, déjà titré en 1996, lui prendre son bien, ce titre olympique qui ne pouvait revenir qu’à l’un des deux. Donné fini, lui-même dans le doute, Tony s’est remis en question. Après une fin d’année 2008 flottante, Tony relève la tête et, à la fierté, décroche un deuxième titre de champion du monde en 2009. Pourtant, quelque chose semble cassé. Tony se cherche.

Sa certitude : l’Olympisme est ancré dans son âme. Aussi, le Palois s’investit-il de plus en plus dans son sport, tant au niveau de la fédération française qu’à l’échelon international. S’il est lui-même fluctuant d’un point de vue sportif, Tony veut donner, partager, améliorer. Sa vision : un sport diversifié, universel, solidaire. Représentant des athlètes au sein de la Fédération internationale (FI), il s’engage pour construire le sport de demain, avec la volonté de partager les valeurs du sport et de l’Olympisme avec la jeunesse du monde entier.

Tony avec les jeunes athlètes des JOJ

Et c’est cette jeunesse qui va le relancer. Son investissement est en effet valorisé par la FI de canoé-kayak qui le désigne athlète modèle pour les Premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, en août 2010 à Singapour. Là, Tony est transcendé. Il retrouve l’envie, voit dans la satisfaction ressentie dans la transmission une nouvelle source de motivation olympique. Tony en revient transcendé. Quelque chose a changé dans son regard. La détermination est certes revenue, mais l’ambition et surtout le bonheur semble de nouveau l’habiter.

La reconquête

Dès lors, Tony redevient Tony. Ambitieux, sûr de lui et de ses forces, il conserve avec autorité son titre mondial, moins d’un mois après les JOJ. Dans la foulée, il annonce clairement sa volonté de reprendre son titre olympique. Mais Tony a retrouvé l’appétit et la seule dimension sportive ne le satisfait plus. Olympien, Tony veut l’être dans toutes ses dimensions. Engagé dans la construction d’un sport durable et responsable, Tony travaille avec ses partenaires à conserver le patrimoine environnemental si intrinsèquement lié à sa discipline.

Denis Gargaud, ici avec Tony, un rival qui aurait eu sa place sur le podium si la limite n'avait pas été d'un seul engagé

Et pour aller plus loin, comme si le seul challenge de l’or olympique ne suffisait pas Tony se lance un défi supplémentaire pour les Jeux Olympiques de Londres : être élu par ses pairs comme l’un de leurs représentants au sein du Comité International Olympique. Depuis un an, Tony mène donc de front ses deux projets. Entre Paris, Pau, Augsbourg où il décroche un nouveau titre européen cette année, Innsbruck pour soutenir les jeunes participants des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, Tony se démultiplie. Le péril est grand pourtant. L'exemple de Pékin le démontre : la double casquette peut-être fatale, d'autant qu'entre-temps, un nouveau tricolore a émergé : Denis Gargaud, champion du monde 2011, qui le pousse dans ses derniers retranchements pour la sélection olympique.

Ce mardi, Tony a remporté son premier pari. En décrochant sa troisième couronne, il gagne définitivement son duel avec Martikan : 3 titres olympiques contre 2 au Slovaque. Il devient surtout le premier Français à décrocher trois titres olympiques sur trois Olympiades différentes (en attendant peut-être Julien Absalon le 12 juillet prochain).
Il se positionne enfin magnifiquement dans cette élection olympique pour laquelle il peut désormais s’engager pleinement avec une « candidature naturelle » qui plus que jamais mérite son appellation. Bravo Tony et tout notre respect.


  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz