Les Bleus vus de l'étranger... la sélection française (Belgique)

Partagez

« Plus les Jeux se rapprochent, plus on observe quel champion y sera, qui n’a pas obtenu sa place pour Londres. Et ce petit jeu dépasse forcément nos frontières.
Je ne sais pas si, en France, le public en a pris toute la mesure mais les non qualifications de certains grands champions ont surpris ici en Belgique. Imaginez Usain Bolt manquant sa qualification olympique sur 100 m au sélections jamaïcaines ! Toutes proportions gardées, c'est un peu ce qui est arrivé à Alain Bernard, en mars, à Dunkerque. Pour quelques centièmes de seconde, le champion olympique du 100m nage libre, ne sera pas au rendez-vous des Jeux de Londres. Incroyable ! Incompréhensible... D'autant plus en Belgique où aucun nageur n'est (encore) parvenu à réussir le minimum (48.82) sur la distance. Se priver d'un champion, d'un homme, de la trempe d'Alain Bernard, c'est dire le luxe que peut se permettre la natation française.

C’est à l’énumération des absents que l’on peut juger de la force d’une sélection olympique."

Et ce n'est pas tout ! En judo également, la France s'en ira à Londres sans une icône de la discipline : Frédérique Jossinet. Vice-championne olympique à Athènes, mais battue au premier tour à Pékin, celle qui est encore mieux connue en Belgique depuis sa participation à l'émission télé Koh Lanta, paraissait si solide. Mais voilà, à l'expérience, au palmarès long comme un bras, les sélectionneurs ont préféré la jeunesse et le ranking mondial où Laeticia Payet devance de trois places son illustre aînée. Un luxe, encore, que peut se permettre le judo français, que nous, Belges, nous jalousons parce que nous peinons à trouver un judoka par catégorie digne du rendez-vous olympique. C’est à l’énumération des absents que l’on peut juger de la force d’une sélection olympique. »

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz