Taekwondo : TQO - Baku, objectif Londres

Partagez
Marlène Harnois

Du 30 juin au 3 juillet 2011 se tiendra le Tournoi Mondial de qualification olympique du taekwondo (TQO) pour les JO de Londres 2012 à Baku (Azerbaïdjan).
Au total, 109 pays ont inscrit 345 athlètes : 194 hommes et 151 femmes. Les trois premiers athlètes de chaque catégorie qualifieront leurs pays pour la catégorie respective (pas de qualification nominative) pour les JO de Londres.
24 quotas seront ainsi attribués au cours de ce tournoi. En cas de non qualification d’une ou des catégories lors du Tournoi Mondial, les pays auront la possibilité d'aller chercher de nouveaux quotas lors des tournois continentaux. Marlène Harnois (-57kg), Gwladys Epangue (+67kg), Mamedy Doucara (-80kg) et Mickaël Borot (+80kg) tenteront de décrocher le précieux sésame pour leur catégorie respective.

Gwladys Epangue :« L'Azerbaïdjan pour moi ces qualifications sont l’objectif de l’année. Mon objectif ultime et principal de cette saison de cette saison est d’aller chercher un quota pour la France et de faire en sorte que la catégorie poids lourd féminine soit présente aux Jeux Olympiques en 2012. Mais il s'agit de le faire le plus tôt possible de manière à être dans la sérénité par rapport à tout ce qu’il va arriver derrière. Je me sens bien, je suis sur une bonne lancée, j’ai bien travaillé depuis le début de l’année. C’est vrai que je pars là-bas en étant dans les favorites, mais favorite ou pas, le tout est de ramener la qualification. Il n’y aucune combattante qui me fait peur, il faut juste que moi je sois à 100% de mes capacités, de mes moyens physiques et mentaux et après tout ira bien. »

Marlène Harnois : « Je me sens bien, je suis dans un bon état d’esprit. Je suis sereine et confiante. Par contre, j’ai encore 2 kilos et demi à perdre dans la semaine… c’est chaud. Il faut que je sèche complètement. Je passe mon temps à courir... et à dormir pour oublier que j’ai faim : je rêve que je mange des gâteaux au chocolat et ça passe !

Gwladys Epangue

A noter que, pour cette compétition, le plastron électronique, mis en place depuis 2008, a été retiré en raison d'un conflit juridique entre le fournisseur coréen et la Fédération internationale de taekwondo.Le jugement humain des arbitres sera donc décideur lors des combats de ce TQO. Sur ces plastrons, l'avis des Français est assez divergent par ailleurs. Ainsi, Gwladys, la veille de son départ, et donc avant d'apprendre que les plastrons électroniques ne seraient pas utilisés à Bakou, ne semblait pas perturbée outre mesure : « Les plastrons électroniques, c’est une nouvelle manière de combattre il faut s’adapter de toute façon… Cela ne me pose pas de problème personnellement, le tout c’est de savoir les utiliser, savoir les manipuler, comment faire tourner la technologie à notre avantage. Et à partir de là il n’y a pas de problème, il y a juste à s’adapter

Au contraire, lors du J-500 avant Londres, Mamedy Doucara déclarait-il : « Nous portons désormais des plastrons électroniques. En conséquence, il n’y a plus vraiment de hiérarchie, et l’on se retrouve sur des compétitions où des combattants qui n’étaient pas forcément bien classés, arrivent à se placer grâce à ce système. C’est celui qui s’adaptera le plus facilement, le plus rapidement, qui arrivera à tirer son épingle du jeu… et il y a ceux qui ne passeront jamais le cap du plastron électronique. Pour ma part, selon les compétitions, des fois ça passe et des fois non. Ce qu’il y a de plus difficile, c’est de sortir d’une compétition en se disant que l’on n’a pas trouvé la solution ».

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz