Mathieu Goubel : "J'ai vraiment la rage et l'envie !"

Interview
Partagez

Les sélections Equipe de France de Course en Ligne 2012 se dérouleront du samedi 28 avril au 1er mai 2012 sur le stade nautique international de Mantes en Yvelines Didier Simond. Ces sélections nationales représentent une étape décisive pour l’accession aux régates finales de qualification européenne en vue des Jeux Olympiques (11-17 mai) à Duisbourg (Allemagne). Si de nombreux athlètes ont déjà obtenu dans leur catégorie le quota pour Londres, certaines épreuves ne sont pas encore qualifiées. C’est ainsi le cas pour K1 homme 1000m, K2 homme 1000m, C1 homme 200m, C2 homme 1000m, K1 dame 200m.


Vice-champion du monde en C1 sur 1000m et 3ème en C1 500 m en 2009, Mathieu Goubel s’est retrouvé dans une situation difficile lors des derniers championnats du monde à Szeged (Hongrie), du 18 au 21 août 2011. Le Boulonnais revient avec nous sur sa saison et les difficultés de la sélection.

7ème des derniers Mondiaux, ce résultat vous assurait logiquement le quota olympique. Malheureusement, une place est réservée pour le pays organisateur, vous induisant ainsi dans le doute. Comment avez-vous vécu cette situation ?

J’avoue que j’ai vécu un moment pénible. Actuellement, je ne sais pas encore si les Anglais prendront la place. Je dois attendre les dates de clôture des inscriptions qui auront lieu fin juin - début juillet. L’histoire est donc un peu compliquée. On a fait un recours auprès de la Fédération Internationale pour être fixer assez vite, mais c’est toujours flou…

Comment avez-vous géré ces moments de doute et organisé la suite votre préparation ?
J’ai regardé vers l'avant et réajusté mes entraînements. La situation se complique d’autant plus pour moi que la France n’inscrit pas mon bateau aux qualifications européennes. Le 5 000m individuel ne sera donc pas au rattrapage, parce que le règlement international l’interdit. De ce fait, je vais m’aligner en C2 (un canoë à 2 places) sur 1 000m. Il m’a donc fallut réagir vite cet hiver en fonction des choix du staff français. J’ai fait des tests avec deux partenaires jusqu’au mois de décembre afin de trouver la meilleure osmose et être performant. En janvier, j’ai finalement choisi de courir avec Mathieu Beugnet.

Comment abordez-vous cette sélection française, mais surtout comment vous projetez-vous au niveau européen ?
La sélection nationale devrait bien se dérouler. Cette course va nous permettre de prendre des repères sur les bassins de course. Le plus difficile reste à venir. Cela va être chaud ! Il y a une seule place pour 5 bateaux… Néanmoins, le point rassurant vient du fait que nous sommes le premier bateau européen non-qualifié. A nous de faire nos preuves ! Depuis cet hiver, nous avons beaucoup travaillé. Nous avons tout fait pour être bien synchronisé, pour que tout fonctionne correctement. Le boulot est fait. Après, notre sélection ne dépend que d’une course, c’est du one-shot, alors on verra…

De nombreux athlètes (Laura Flessel, Steeve Guénot) ont décroché le fameux billet pour Londres ce week-end, cela vous a-t-il motivé ?
Oui forcément ! C’est sympa de découvrir la joie des athlètes… Si cela marche pour eux, il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas la même chose pour nous ! Le seul petit doute vient du fait qu’il n’y a qu’une seule place. C’est une course couperet qui fait un peu douter. Mais, je me concentre sur ce qu’il y a faire et non pas sur l’enjeu, sinon cela me mettrait trop de pression.

Etes-vous tout de même serein ?
Oui, je suis serein car j’ai confiance en ce que j’ai fait. De part mon expérience et celle de mon co-équipier, nous devrions y arriver… Nous ne sommes pas les seuls maîtres de notre destin, tout le monde veut ce quota. Moi, j'ai vraiment la rage et l’envie. Nous voulons aller aux Jeux Olympiques.

Selon vous, combien de bateaux peuvent encore se qualifier ?
De manière optimiste, j’espère tout le monde ! Il reste 5 bateaux pour le rattrapage continental même si cela risque d’être tendu car de grosses nations sont restées sur le carreau lors des Mondiaux. Cela va être un gros défi à relever, mais nous sommes préparés à cela.

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz