Philippe Graille, DTN du Canoé-kayak : objectif monde

Partagez

Championnats d’Europe, championnats du monde qualificatifs pour les Jeux Olympiques… l’année 2011 est particulièrement pleine pour le canoë-kayak. Directeur technique national du canoé-kayak, Philippe Graille, explique, discipline par discipline, la stratégie adoptée par la fédération pour gérer ce calendrier avec un objectif principal partagé : les championnats du monde. Il revient également sur les modalités de sélection des athlètes français aux Jeux Olympiques.

Yann Claudepierre

Les championnats d’Europe de descente, un bilan rassurant pour les mondiaux
En toute honnêteté, il faut l’avouer, les championnats d’Europe ne comptent pas dans nos objectifs prioritaires de l’année. Pour la descente, ils étaient programmés relativement proches des championnats du monde. Les athlètes ne sont donc arrivés qu’à l’amorce de leur deuxième pic de forme. Ces 13 médailles ont cependant été rassurantes. Il faut voir maintenant ce qu’il en sera aux championnats du monde. Ceux-ci se tiendront en Allemagne, dans un bassin artificiel, puisque les Allemands connaissent des problèmes d’eau, comme nous. C’est un bassin artificiel que l’on ne connait pas et les athlètes auront très peu de préparation or les conditions ne ressemblent pas à celles rencontrées sur les plans d’eau naturels. Nous pourrons donc apprécier la préparation des athlètes et leur capacité à s’adapter très rapidement sur un bassin nouveau, ce qui sera déterminant pour la performance.
Repères :
Championnats d’Europe de descente, à Kraljevo (Serbie), du 11 au 15 mai 2011
Championnats du Monde de Sprint, à Augsburg (Allemagne), du 5 au 13 juin 2011

Mathieu Goubel

Pas d’Europe pour la vitesse
Sur les autres disciplines, nous adoptons la même approche des championnats d’Europe. En vitesse, nous n’y allons tout simplement pas. Nous avons décidé de faire l’impasse parce que l’on a du mal à tout préparer, en particulier du fait des calendriers. Notre objectif prioritaire cette année, ce sont les championnats du monde. Et de ce fait, les athlètes seront en plein cycle de développement au moment des championnats d’Europe ; ils sont d’ailleurs en stage actuellement. Or, en général, les athlètes ne sont pas performants immédiatement après ce type de cycle, ce n’est donc pas la peine d’y aller et de perturber la préparation des championnats du monde.
En ce qui concerne la course en ligne, pour les seniors, il n’y a donc plus rien désormais au programme jusqu’aux championnats du monde. Il ne va donc plus y avoir de prise de repères. Ce n’est pas simple parce que l’on sort déjà d’un cycle de Coupe du monde qui ne s’était pas nécessairement passé comme on le souhaitait avec, sur les bateaux, des niveaux de performances à revoir et des incertitudes. Alors avons-nous ou aurons-nous réglé les problèmes pour septembre ?.... Nous n’aurons pas la possibilité de nous en assurer complètement.
Repères :
Championnats du monde de course en ligne de canoë-kayak, à Szeged (Hongrie), du 18 au 21 août 2011
Championnats du monde juniors de course en ligne, à Hradec nadd Moravici (République tchèque), du 26 juillet au 1er août 2011.

Tony Estanguet

Le slalom en repérage
En slalom, on y va plus pour prendre des repères, voir le niveau de forme, celui des concurrents, cerner les problèmes de préparation pour réajuster celle-ci dans les deux mois qui suivent afin que tout le monde soit à son niveau de forme pour les championnats du monde. Ce rendez-vous principal, par ailleurs qualificatif pour Londres, sera un vrai socle sur lequel on va pouvoir s’appuyer pour la préparation des Jeux Olympiques. Je viens d’avoir Tony [Estanguet] au téléphone, il travaille, sans trop savoir vraiment comment se situer et n’est pas encore entré dans la période de recherche de performance. Pour l’heure l’état de forme général est plutôt bon, je n’ai pas de retour inquiétant de la part des entraîneurs si ce n’est une luxation de l’épaule. J’attends les Europe pour voir, mais s’il n’y a pas de gros pépins, tous les leaders sont sur la feuille de route des championnats du monde.
Repères :
Championnats d’Europe à Séo d’Urgell (Espagne), du 9 au 12 juin 2011
Championnats du monde à Bratislava (Slovaquie), du 7 au 11 septembre 2011

La France accueille les marathoniens d’Europe
Les championnats d'Europe de marathon seront organisés à Saint-Jean-de-Losne du 20 au 24 juillet 2011. Nous avons sélectionné l’équipe de France il y a quelques jours. Tous ont évidemment à cœur de briller sur cette manifestation organisée dans notre pays et à une date relativement proche des courses de sélection pour les championnats du monde. Le marathon est une discipline très physiologique, on ne peut pas être performant tout le temps. Là, les athlètes seront sur le même pic de forme et je pense que ça devrait aller.
Repères :
Championnats d'Europe de marathon à St-Jean-de-Losne, du 20 au 24 juillet 2011
Championnats du monde de marathon, à Singapour, du 21 au 23 octobre 2011

L'équipe de France de kayak-polo

Première nation mondiale en kayak-polo
Le kayak polo est en pleine progression au sein de notre fédération. C’est une discipline assez récente qui est entrée au début des années 1980 au sein du giron fédéral et qui se structure de plus en plus au plan compétitif. On a mis en place un parcours d’excellence sportive en 2009. La structuration mettra encore du temps ; c’est un sport collectif, donc les besoins, les logistiques, les logiques internes sont très différentes de ce que l’on connait dans les autres disciplines. Pour autant, le haut-niveau performe. L’an passé aux championnats du monde, nous avions présenté quatre équipes et avons obtenu quatre médailles, dont deux en or. L’équipe de France masculine est très forts, et confirme sa domination mondiale. J’ai confiance dans l’équipe, dans l’encadrement et dans l’organisation que l’on met en place et qui devrait permettre, on l’espère, de pérenniser nos résultats. Aujourd’hui, la France est la première nation mondiale en kayak-polo, ce qui n’était pas gagné. Et ce n’est pas par hasard si le championnat du monde du monde a été attribué à la France. Nous sommes reconnus dans cette discipline, nous avons un vrai savoir-faire événementiel et cela rassure la Fédération internationale dans notre capacité à organiser de bons championnats. Vraiment, le « polo » fait du bon boulot au sein de notre fédération et il faut le saluer.
Repère :
Championnat du monde ICF de kayak-polo 2014 à Thury-Harcourt

Qualification pour les Jeux Olympiques : deux étapes pour les quotas
Le système est assez simple. Les quotas seront pour l’essentiel attribués lors des championnats du monde 2011… et j’espère qu’on aura tous nos quotas à la sortie.
Il s’agit surtout d’éviter d’en chercher de nouveaux à l’occasion d’une compétition continentale organisée en juin 2012 me semble-t-il et qui attribuera les derniers tickets. Se battre pour un quota, à cette période, casserait toute notre préparation. On considère qu’il y a deux pics de forme utiles dans l’année. Il sera important d’être bien en avril pour accéder au deuxième niveau de performance au mois d’août. Cela deviendrait compliqué de se concentrer sur tout.
Une fois fixés sur les quotas, il nous faudra arrêter les sélections nominatives, ce qui se fera à peu près quatre mois avant les Jeux Olympiques, et les proposer à la commission nationale de sélection. Les athlètes auront donc la possibilité de bien reprendre la préparation pour Londres. Contrairement à d’autres, du fait de la gestion des pics de forme ou du travail d’adaptation à la rivière pour le slalom, nous n’avons pas pour stratégie de sélectionner à la dernière minute.

Anne-Laure Viard et Marie Delattre

La sélection nominative au sein du groupe France
Au regard des quotas, la sélection de l’équipe de France pour Londres 2012 se fera au cours d’une compétition que nous organiserons sur plusieurs jours avec des séries de courses qui nous permettront de sortir les athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques.
En slalom, il y aura trois courses, un classement sera effectué en additionnant pour chaque compétiteur les points de ses deux meilleures courses. Ce sera très saignant parce qu’un seul bateau pourra être engagé à Londres. Trois partent aux championnats du monde, un seul aux Jeux. Ce système de sélection par la performance est en place depuis des années et fonctionne bien.
Pour la course en ligne, le système olympique diffère peu des compétitions internationales habituelles. Nous espérons avoir à peu près le même nombre d’athlètes fixé par quotas. A partir de là, on va construire les différents équipages et les aligner sur les distances olympiques. La sélection reste moins difficile pour eux parce que j’espère pouvoir en qualifier un certain nombre. En vitesse, tous les meilleurs seront là, ce qui ne sera pas le cas en slalom.

Consultez les dernières actualités de l'équipe de France de canoé-kayak
Retrouvez des informations complémentaires sur le site de la fédération française de canoé-kayak

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz