Pénélope Leprévost : « Chez nous l'athlète, c'est le cheval ! »

Interview
Pénélope Leprévost
Partagez

La 3ème édition du Saut Hermès se tiendra du 16 au 18 mars 2012 au Grand Palais, à Paris. Cet écrin d'exception accueillera l'élite mondiale de l'équitation pour un spectacle unique. Pénélope Leprévost, l'une des rares femmes cavalières à évoluer au niveau international, sera bien sûr du rendez-vous...

Comment avez-vous découvert l’équitation ?
Petite, j’aimais les animaux. Malheureusement, j’habitais en appartement et je ne pouvais pas avoir de chien ni de chat. C’était un peu difficile. Du coup, à l’âge de 5 ans, mes parents m’ont inscrite au poney club. J’ai tout de suite accroché et, depuis, je n’ai jamais cessé de monter à cheval.

Pensiez-vous en faire votre métier ?
Absolument pas ! Le métier de cavalier est contraignant. De plus, c’est assez rare de vivre de ce sport. Je ne voulais pas être groom ou moniteur. Au début, il n’était pas raisonnable pour moi d’imaginer en faire mon métier. Mais j’ai fait les championnats de France à 7 ans, j’ai enchaîné les compétitions et j’ai aimé ! J’étais accroc très tôt.

Quelle relation entretenez-vous avec votre cheval ?
J’ai toujours aimé être avec l’animal. Plus jeune, je passais des journées entières au poney club, à préparer les poneys pour les autres, à les brosser… Le rapport avec l’animal m’a toujours plu. J’aime être proche d’eux. C’est une chose que l’on n’entretient pas, mais que l’on a plutôt en nous. Néanmoins, la compétition et l’amour de l’animal sont deux choses différentes. Il y a des personnes qui sont axées sur la compétition. Pour moi, la relation avec mon cheval est importante. Dès que j’ai du temps, je m’occupe d’eux. Je les connais par cœur.

Vous pratiquez une discipline particulière où l’animal est aussi important que le cavalier dans la performance. Est-il difficile d’être tributaire de sa santé ?
Oui, c’est sûr. Il arrive parfois que le cheval se « rate » un peu, mais 99% du temps, c’est le cavalier qui peut mieux faire. Le cheval nous sauve très souvent de la faute. Il existe une vraie complicité entre le cheval et le cavalier. Il faut donc que les deux soient en forme le jour de la compétition pour faire une bonne performance.

C’est le cavalier qui fait que le cheval est bon ou plutôt l’inverse ?
C’est un cumul des deux. Un mauvais cheval monté par le meilleur cavalier de la terre, ça ne va pas. Il faut qu’il y ait un feeling entre les deux. Un cheval peut bien s'exprimer avec un cavalier, mais pas avec un autre pourtant censé être meilleur.

L’équitation est la seule discipline mixte. N’est-ce pas compliqué d’évoluer dans cet univers masculin ?
A haut niveau, j’ai plutôt l’impression d’être privilégiée. Honnêtement, je ne ressens pas ça. Physiquement, c’est autre chose. Curer les boxes, porter les sacs de granulés sont des tâches fatigantes. Pour autant, je ne crois pas que ce soit plus difficile pour une femme d’être cavalier. Les hommes sont très sympas, ils prennent soin de moi. Du moins, c’est comme ça que je le ressens.

Comment s’effectuent vos entraînements ?
Cela se déroule toute la journée. Je m’entraîne tout le temps. Je fais les concours le week-end, puis je remonte dès le lundi. Néanmoins, ce n’est pas vraiment moi qui m’entraîne, plutôt les chevaux.

Parallèlement à cela, effectuez-vous une préparation physique ?
Pas du tout… Il faudrait ! Je sais que ce n’est pas forcément bien mais je ne fais rien du tout. Je monte simplement à cheval. L’expérience fait beaucoup dans notre milieu. On a de très bons cavaliers qui ont plus de 60 ans. Ils ne sont pas forcément capables de courir un 100m, et pourtant ils sont dans les meilleurs mondiaux. De ce fait, cela n’a pas beaucoup d’importance.

Vous allez participer au Saut Hermès sans votre cheval de tête, Mylord Carthago*HN, pourquoi avoir pris cette décision ?
Tout simplement parce que mon cheval se repose. On le met au vert pour qu’il soit en forme pour les JO. En équitation, on effectue une préparation vraiment organisée à l’avance avec un programme établi et, indéniablement, les Jeux Olympiques sont l’objectif de l’année. Je n’y ai jamais participé et tout sportif rêve d'y participer.

Justement, vous êtes en course pour les Jeux. Le quota étant décroché, comment va s’organiser la qualification ?
Il y a une longue liste de présélectionnés pour Londres. Au-delà de la qualification, il faut que le couple soit en forme juste avant de partir aux Jeux. Finalement, il va y avoir pas mal d’étapes pour amener nos chevaux dans les meilleures conditions physiques. Un mois et demi avant Londres, il y aura des sélections pour évaluer la forme du couple. Il faut espérer qu’il n’y ait pas de problème physique. Dans les autres sports, les athlètes font attention à ne pas se blesser. Chez nous l’athlète, c’est le cheval ! Et c’est lui qui déterminera notre sélection ou non...


Calendrier Résultats Classement des nations Deezer

FRA

11

11

12
Total
34

Calendrier

equitation---concours-complet Equitation - Concours complet

Lu. Ma. Me. Je. Ve. Sa. Di.
2526272829
30310102030405
06070809101112

Calendrier

equitation---dressage Equitation - Dressage

Lu. Ma. Me. Je. Ve. Sa. Di.
2526272829
30310102030405
06070809101112

Equipe de France

Calendrier

equitation---saut-dobstacles Equitation - Saut d'obstacles

Lu. Ma. Me. Je. Ve. Sa. Di.
2526272829
30310102030405
06070809101112

L'esprit bleu en images

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz